Les études dirigent l’attribution à Arnau De Torroja en attendant le test ADN

Parfois, des fragments d’histoire ressurgissent de la nuit des temps et les événements connus de peu de gens reviennent à l’attention de beaucoup. La prudence était de rigueur et les formules douteuses se sont multipliées lors de la conférence historico-scientifique qui a présenté les résultats des investigations menées sur l’une des tombes situées dans le cloître de l’église San Fermo Maggiore à Vérone. Les indices recueillis au cours des études multidisciplinaires – historiques, archivistiques, archéologiques et anthropologiques – sur le sarcophage et les vestiges qu’il contient semblent tous converger dans la même direction, qui se réfère vraisemblablement à Arnau De Torroja, né dans une famille importante de Catalogne, en Espagne, Maître Général du Temple de 1180-1 à 1184. Au cours de la séance de l’après-midi, il a été fait savoir qu’il y aura bientôt une confirmation officielle, ou un démenti, qui orientera définitivement et irréfutablement tous les doutes. Après l’analyse qui a établi des similitudes génomiques avec les Catalans, la comparaison de l’ADN avec celui de Guillaume, un frère d’Arnau, qui repose dans la cathédrale de Tarragone dont il était l’archevêque, après avoir été évêque à Barcelone, a été autorisée. (Les autres frères étaient Berenguer, successeur du père Bernat comme Seigneur de Torroja, et Peter, évêque de Saragosse). (Les autres frères étaient Berenguer, successeur du père Bernat comme Seigneur de Torroja, et Pierre, évêque de Saragosse) Si les hypothèses avancées jusqu’à présent devaient être confirmées, la tombe de Vérone semblerait être la seule tombe actuellement connue dans le monde d’un Maître Général des Templiers. Arnau était le neuvième des vingt-trois maîtres et des autres, aucune trace connue n’a été trouvée jusqu’à présent. En effet, les Templiers, par un acte d’humilité extrême, se sont fait enterrer avec de pauvres moyens, souvent dans la terre nue et le visage tourné vers le bas. Nous devons faire un pas en arrière, jusqu’à il y a environ trois ans, lorsque le Dr Mauro Giorgio Ferretti, Magister Templi de l’Association des Templiers Catholiques d’Italie, a remarqué la croix avec une épée stylisée dans l’avant-bras, sculptée sur les petits côtés d’un sarcophage en état de semi-abandon dans ce qui était devenu un dépotoir, à côté des poubelles. Ce symbolisme a été traditionnellement attribué aux hauts dignitaires qui ont dirigé les Chevaliers de 1118 à 1314. Il y avait d’autres inscriptions, aujourd’hui disparues, on ne sait pas si elles ont été corrodées ou ciselées, et un trou probablement percé pour le pillage de trousseaux ou d’objets de valeur. Après une longue attente de l’autorisation accordée par la Surintendance, une reconnaissance des squelettes à l’intérieur de la tombe a été effectuée, attribuable à trois individus différents : un vieil homme et, placés au-dessus dans les périodes ultérieures, un jeune homme et une femme.  

On s’est concentré sur la personne âgée, c’est-à-dire la plus ancienne sépulture, en examinant différents aspects, grâce à un grand groupe de spécialistes coordonné par l’anthropologue et professeur émérite de l’Université de Bologne Monseigneur Fiorenzo Facchini, et composé d’experts de renommée internationale, en relation avec les Universités de Bologne, Nottingham Trent et Barcelone. Des chercheurs de l’association libre Ricercatori Templari Italiani, du Musée de la Sainte Vierge de Saint-Luc et de la Société pour les Croisades et l’Orient latin ont également collaboré. En outre, nous avons écouté les discours des enseignants

et des membres des Archives de l’État de Modène, de l’Instituto Catalán de Genealogia y Heràldica de Barcelone, du musée archéologique de Finale Ligure, de la Royal Holloway University de Londres. Deux minuscules fragments de tissu, certainement pertinents pour le premier enterrement, ont été trouvés dans l’oiseau, dont l’un était fait d’une fibre extrêmement rare et précieuse à l’époque, à savoir la soie de ver à soie. Un autre luxe est le pigment bleu, qui au Moyen-Âge était obtenu avec beaucoup de difficulté à partir de plantes. Était-ce une étole ? Ou était-ce une bannière utilisée comme couverture cérémoniale au moment de l’enterrement ? Il s’agit certainement d’une référence à une personne qui a occupé un poste d’une certaine importance. La recherche sur les plantes et le pollen n’a pas été possible parce que le trou dans les murs a pollué le contenu. La datation par la méthode du carbone 14 remonte à une période comprise entre 1020 et 1220 ; les os appartenant à un individu mâle, âgé d’environ 50 ans, mesurent entre 1,60 et 1,70 cm de haut. Selon l’étude paléopathologique, les vertèbres de la colonne vertébrale sont calcifiées et la mâchoire est atteinte d’une infection grave. Par conséquent, le sujet a eu mal au dos et aux dents durant sa vie. Le résultat est une image réaliste d’un homme, qui pourrait correspondre à ce que nous disent les textes, les lettres et les documents survivants. Beaucoup d’entre eux ont malheureusement été détruits en damnatio memoriae contre l’Ordre, dissous lorsque ses membres ont été prétentieusement accusés d’hérésie. Les Pauperes Commilitones Christi Templique Salomonis étaient un ordre monastique de chevaliers, défenseurs du Pape et des pèlerins, tant en Europe qu’à Jérusalem et en Terre Sainte. Arnau de Torroja était un combattant, qui a notamment participé aux campagnes de la Reconquista à Lleida et à Tortosa, et un diplomate habile. De la Terre Sainte où il avait été transféré, il a été envoyé en Italie avec deux autres ambassadeurs pour chercher de l’aide en Europe. On sait avec certitude qu’il a débarqué à Brindisi et qu’il est arrivé à Vérone. Cette ville était alors un terrain neutre, où le pape Lucius III et l’empereur Frédéric Barberousse ont décidé de se rencontrer. Arnau réussit à parler avec le premier mais pas avec le second, car il tombe malade et meurt le 30 septembre 1184, à l’âge de 65-70 ans. Les autres poursuivent leur voyage vers l’Angleterre, sans succès, au point que peu de temps après, Jérusalem tombe. Une certaine source dit que De Torroja « a été enterré dans la maison du temple de Véronè ». Probablement, mais il n’y a aucune certitude, à l’époque, l’église du temple était San Vitale, qui a ensuite été inondée par le fleuve Adige. On ignore comment, quand et pourquoi le tombeau d’Arnau a été transféré à San Fermo, si cette attribution est confirmée. Le sarcophage est dans un état précaire en raison de l’imposant écaillage de la pierre de Véronèse, qui est très friable. L’intention est tout d’abord de la consolider, en récupérant la structure et les croix ainsi que l’inhumation. Il est prévu de maintenir le couvercle légèrement décalé et de placer les restes dans une urne en cristal pour les garder toujours exposés comme une relique.La municipalité est propriétaire de la zone du cloître et l’Association des Templiers l’a obtenu en prêt. Le cloître lui-même sera fermé par une vitre, et il a déjà été bouclé ces jours-ci. Il s’agit maintenant de surmonter les problèmes bureaucratiques et de trouver des sponsors. Les signes d’une présence templière importante à Vérone sont nombreux, c’est pourquoi l’association s’est engagée à garder les lieux et à partir d’ici, dans un avenir proche, à mettre en place des itinéraires de marche, non pas pour les touristes mais pour les touristes religieux, c’est-à-dire les pèlerins qui seront accompagnés dans les églises templières de la ville, gratuitement tous les samedis et dimanches, par les Chevaliers d’aujourd’hui en costume d’apparat. L’intention de Ferretti est de réévaluer l’Ordre, en déboulonnant les convictions erronées mûries dans le passé et de pouvoir revenir officiellement à la fonction de gardien de la foi chrétienne. Le souhait exprimé par Mgr Roberto Campostrini, vicaire général du diocèse de Vérone, est que cette redécouverte contribue à établir des éléments de l’histoire des Templiers et, pour la vie ecclésiale, à renouveler certaines valeurs, comme le sens de se dépenser pour la foi et de consacrer sa vie à ce que Jésus a enseigné. Pour la ville, une occasion de redécouvrir ses racines.

Conférence « Le sarcophage trouvé à Vérone et les Templiers », Vérone, auditorium de la paroisse de San Fermo, samedi 21 avril 2018

Maria Luisa Abate

https://www.deartes.cloud/?p=3402